33 682 emplois créés ou maintenus par les investissements internationaux en 2015 [en]

33 682 emplois créés ou maintenus par les investissements internationaux en 2015 :
La production et l’installation des quartiers généraux à l’honneur

JPEG

Paris, le 22 mars 2016. Le «  Rapport sur l’internationalisation de l’économie française - Bilan 2015 des investissements étrangers en France », paru ce jour, analyse les décisions d’investissements étrangers et leur contribution à l’économie française.

En 2015, 962 décisions d’investissement ont créé ou maintenu 33 682 emplois, la première meilleure année depuis 5 ans. Avec 19 décisions en moyenne par semaine, l’année 2015 aura marqué une progression de 27% des emplois créés par rapport à 2014 qui avait enregistré 26 535 emplois.

Les entreprises étrangères investissent en premier lieu dans les activités de production avec 30% des investissements réalisés en France. Ces projets représentent un enjeu de 16 168 emplois (contre 11 601 emplois en 2014), soit 48% du total des emplois créés ou maintenus.

A signaler également, la progression de l’installation des Quartiers généraux dont 27 QG Monde ou Europe contre 16 en 2014. Ainsi, le groupe allemand Siemens a décidé en 2015 de regrouper à Toulouse le siège mondial de ses activités de métros automatiques clé en mains de la gamme Val. Le canadien Premier Tech, spécialisé dans la production horticole et maraîchère, renforce le siège de ses activités européennes situé dans les Pays de la Loire, avec une nouvelle ligne de production automatisée et un nouveau centre de R&D international.

La recherche & développement reste à un niveau très élevé avec 9% de l’ensemble des décisions d’investissements en 2015, 87 décisions. Les filiales des entreprises étrangères en France contribuent pour 28% des dépenses de R&D en France, avec 8,6 milliards d’euros.

Les investissements proviennent de 53 pays contre 47 pays en 2014 : Les pays de l’Union européenne restent les premiers investisseurs en France avec 60% de l’ensemble des décisions d’investissement, viennent ensuite l’Amérique du Nord 22% et l’Asie 13%, parts qui restent assez stables par rapport à 2014. Les principaux investisseurs en France sont les entreprises américaines (18%) qui sont à l’origine du quart des décisions dans la fonction R&D, les entreprises allemandes (15%) à l’origine de 26% des décisions dans les activités de production, italiennes (9%) à l’origine de 31% des investissements dans les activités de logistique, britanniques (8%) avec une contribution de 22% des points de vente et enfin les entreprises japonaises (6%), 4ème investisseur dans les activités de production. Les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) représentent 7% de l’investissement international avec 68 décisions d’investissements, dont 44 projets pour la Chine et Hong Kong. De nombreux pays affichent un nombre de projets en hausse, parmi lesquels le Canada avec 38 projets (soit +31%), les Pays-Bas avec 37 projets (soit +12%), ainsi que l’Irlande avec 15 projets (soit +114%).

Le dynamisme des régions et des métropoles constituent un facteur d’attractivité dans la décision des investisseurs étrangers. Toutes les régions de France sont concernées. En termes de projets, l’Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine accueillent plus de la moitié des décisions d’investissement. En termes d’emplois créés ou maintenus les principales régions sont l’Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Alsace-Champagne-Ardenne- Lorraine et Auvergne-Rhône-Alpes.

En termes de fonctions, l’Ile-de-France a attiré 64% des projets dans les « centres de décision » (primo-implantations, principalement). L’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et l’Auvergne-Rhône-Alpes se distinguent dans l’accueil des projets de production, recevant respectivement 20 % et 17% du total national. La région Ile-de-France et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées sont respectivement la destination de 31% et 13% des projets de recherche et développement.

Les entreprises étrangères contribuent à hauteur de 32% des exportations françaises. En 2015, selon l’INSEE, plus du quart du chiffre d’affaires des entreprises, sous contrôle étranger, implantées en France est destiné à l’exportation. Cette part atteint 31% pour les Etats-Unis, 21% pour l’Allemagne, 25% pour les Pays-Bas, 15% pour le Royaume-Uni et 30% pour le Japon.

« Les décisions d’investissement étranger ont généré 33 682 emplois en 2015, soit +27% par rapport à 2014, dans un contexte de vive concurrence internationale pour attirer les projets et les emplois. Avec nos partenaires régionaux, les équipes de Business France ont intensifié leurs efforts pour convaincre les investisseurs étrangers que la France est un territoire d’accueil clé pour leurs projets en Europe, et ont attiré 522 projets sur le total de 962 projets, soit 54% du total des investissements étrangers sur le territoire national », se réjouit Muriel Pénicaud, Ambassadrice déléguée aux investissements internationaux et Directrice Générale de Business France.

Business France est l’agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations, ainsi que de la prospection et de l’accueil des investissements internationaux en France.
Elle promeut l’attractivité et l’image économique de la France, de ses entreprises et de ses territoires. Elle gère et développe le V.I.E (Volontariat International en Entreprise).
Créée le 1er janvier 2015, Business France est issue de la fusion d’UBIFRANCE et de l’AFII (Agence française pour les investissements internationaux). Business France dispose de 1 500 collaborateurs situés en France et dans 70 pays. Elle s’appuie sur un réseau de partenaires publics et privés.
Pour plus d’informations : www.businessfrance.fr

Source : Business France

publie le 05/05/2016

haut de la page