Au terme de ma mission : message de Jacques Lapouge

Au moment où je quitte l’Afrique du Sud, après un peu plus de trois ans de séjour, je souhaite dire au revoir aux membres de notre communauté que je n’aurais pu saluer de vive voix.

Ce furent des années bien remplies : la coupe du monde de football en 2010 ; la visite d’Etat en France du Président Zuma et la COP17 de Durban sur les changements climatiques en 2011 ; la Saison de la France en Afrique du Sud en 2012, avec ses 120 événements culturels, scientifiques et économiques ; des débats intenses au conseil de sécurité des Nations Unies (où nos deux pays ont siégé ensemble en 2011 et 2012) sur les crises ivoirienne, libyenne ou syrienne.

S’agissant des relations entre la France et l’Afrique du Sud, et au-delà du succès des Saisons, je retiendrai la constance du dialogue politique au plus haut niveau et des tendances encourageantes sur le plan économique : l’augmentation très significative de nos exportations et de nos excédents commerciaux ces trois dernières années ; les grands contrats emportés par nos entreprises, notamment dans les secteurs de l’énergie et du ferroviaire ; une relance des relations entre les milieux d’affaires des deux pays, illustrée par la mission du MEDEF d’octobre 2012.

Dans ce contexte, notre communauté française se porte bien et connaît, sur la durée, une légère croissance. Il y a de plus en plus d’élèves, français, étrangers et sud-africains, dans nos établissements scolaires, qui doivent songer à s’agrandir ou à déménager. Ce sera fait en avril pour l’école de Pretoria et les réflexions sont très engagées pour Johannesburg et Le Cap. En 2012, la première élection des députés des Français de l’étranger a marqué un réel progrès démocratique et la visite de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée aux français de l’étranger, a reflété l’attention que nos autorités portaient à la communauté française d’Afrique du Sud. Sur le plan de la sécurité, qui reste, je le sais, la principale préoccupation de nos ressortissants, la mise à jour du plan de sécurité de l’ambassade est en voie de finalisation et un nouveau comité de sécurité se réunira au premier trimestre 2013.

C’est avec un peu de tristesse, bien sûr, que je quitte ce pays magnifique et attachant et une communauté française où je me suis senti très bien accueilli, par notre conseillère à l’Assemblée des Français de l’étranger, par les nombreuses associations qui l’animent avec beaucoup de dévouement et d’enthousiasme, par une chambre de commerce et d’industrie dynamique,…

C’est confiant dans l’avenir de l’Afrique du Sud et de ses relations avec la France que je vous souhaite bonne chance pour la suite de votre séjour ici, accompagnés par nos deux consuls et par notre future ambassadrice, qui arrivera dans quelques semaines et connaît déjà très bien ce pays.

Jacques Lapouge

publie le 12/08/2014

haut de la page