La coopération militaire [en]

Un partenariat global


JPEG La France et l’Afrique du Sud partagent les mêmes préoccupations sur la sécurité. Les deux pays sont en effet d’importants contributeurs au maintien de la paix sur le Continent. L’accord intergouvernemental sur la coopération de défense signé en 1998 est la clé de voute d’un partenariat global en matière de défense. Une commission mixte de défense biannuelle, coprésidée par la Secrétaire à la Défense côté sud-africain, et, par le sous-chef d’état-major Relations Internationales côté français, donnent les grandes directions à la coopération de défense et à la coopération entre industries de défense. Un dialogue stratégique de défense annuel, maintenant adossé au forum de dialogue politique tenu au niveau des secrétaires généraux des ministères des affaires étrangères, permet des échanges de haut niveau portant sur la sécurité globale et ses aspects plus spécifiquement "défense".

Une coopération multiple et variée

Sur la base d’agréments mutuels acceptés lors de la commission mixte de défense, la coopération de défense bilatérale couvre tous les aspects d’une relation de Défense.

Une coopération régionale menée par les forces françaises de La Réunion permet d’agir sur deux axes :

  • la sécurité maritime : la France et l’Afrique du Sud sont voisins en océan Indien, notamment par leurs possessions dans le Sud (Prince Edwards et Marion pour l’Afrique du Sud, Crozet et les Kerguelen pour la France). Dès lors la coopération entre les marines est indispensable pour optimiser la sécurité régionale : lutte contre la piraterie, surveillance maritime, présence en zone arctique, protection des ressources soutien des équipes prépositionnées…
  • l’entrainement des forces aéroterrestres : parachutistes, aguerrissement commando, pilotes d’hélicoptères, transport…

    La coopération dans le domaine de l’industrie de défense est importante. La France et l’Afrique du Sud sont deux pays qui comptent dans l’industrie de défense mondiale et de nombreuses entreprises européennes et françaises sont implantées en Afrique du Sud. L’entretien d’un réseau d’interlocuteurs, l’étude de projets communs et le partage de savoir-faire sont des éléments clés d’une relation de confiance dans ce domaine.
    _

publie le 17/02/2015

haut de la page