Extrait des Brèves d’Afrique australe du 13.12.2013

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 13.12.13

Faits saillants :

Botswana : baisse du taux directeur de 50 pdb à 7,5 % (Banque centrale)
Namibie : baisse de la prévision de croissance 2013 à 4,0 % (Banque centrale)
Zambie : adoption des règles de Bâle II dans le secteur bancaire

Afrique du Sud

Nouveau ralentissement de l’inflation en novembre, dans la limite (haute) de la fourchette de la SARB

En novembre, le taux d’inflation s’est élevé à +5,3 % en g.a, après +5,5 % en octobre, soit une hausse moyenne des prix à la consommation de +5,8 % sur les 11 premiers mois de l’année. Ce ralentissement a surtout résulté de la modération des prix du transport (+5,8 % après +6,2 %), en large partie favorisée par la baisse du prix du litre d’essence et des prix alimentaires. La situation financière toujours dégradée des ménages (48 % des ménages endettés ayant connu le mois dernier des incidents de paiement) couplée à l’absence de hausse du revenu réel, se traduit par une moindre pression inflationniste du côté de la demande, qui, en dépit des conséquences de la dépréciation du Rand sur le renchérissement des produits importés, devrait permettre à la Banque centrale de maintenir l’inflation dans sa fourchette de 3-6 % sur l’année. A noter que l’inflation sous-jacente est restée élevée en novembre à +5,3 % en g.a.

Vers des mesures destinées à mieux protéger les ménages surendettés (National Treasury)

Le Trésor et le ministère du Commerce et de l’Industrie ont annoncé leur intention de mieux protéger les ménages surendettés, l’objectif visant également à renforcer la stabilité financière et soutenir la consommation intérieure (en évitant notamment les interdits bancaires et l’établissement de listes noires des personnes concernées). Les mesures annoncées cette semaine comportent à la fois un volet préventif -à travers un renforcement des modalités et exigences dans l’octroi des prêts- et des actions immédiates de soutien des ménages les plus surendettés via un assouplissement (négocié) de la position des banques commerciales à leur égard (rééchelonnement, annulation partielle, etc). Ces dispositions sont une forme de réponse aux critiques précédemment formulées sur l’hypothèse d’une nouvelle loi d’amnistie générale, qui se serait traduite par un fort aléa moral.

Stagnation des ventes au détail en septembre

Les ventes de détail n’ont progressé que de +1,3 % en g.a en septembre, après à peine +0,1 % en septembre, essentiellement portées par les produits textile et pharmaceutiques, soit un niveau inférieur aux attentes du consensus (+1,7 %). Le faible dynamisme des ventes reflète l’affaiblissement de la demande intérieure sur fond de confiance des ménages au plus bas depuis 20 ans. Ces chiffres laissent présager une progression très faible du PIB au 4ème trimestre, les dépenses de consommation privée représentant les deux-tiers du PIB.

Modeste progression de la production manufacturière en octobre

En octobre, la production manufacturière a crû très faiblement de +1,5 % en g.a, après une contraction de -3,3 % en septembre, principalement en raison de la hausse de la production du secteur agroalimentaire, de l’industrie automobile (effet rattrapage suite aux grèves) et de l’acier. La progression ces derniers mois du PMI laisse espérer une hausse continue -bien que toujours très modérée- de l’industrie manufacturière avec une contribution positive au PIB du 4ème trimestre. A noter par ailleurs que la production minière a fortement crû en octobre, de +22 % en g.a après +0,7 % en septembre, reflet avant tout d’un fort effet base favorable (contraction de -8,3 % en octobre 2012). Sur les 10 premiers mois de l’année, la production minière n’a augmenté que de +2,9 % en g.a.

publie le 23/09/2014

haut de la page