Extrait des brèves du 02.01.2015

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 02.01.2015

Faits saillants :

Afrique du Sud  : 1ères conclusions de la commission sur la fiscalité (Commission Davis)
Angola : maintien du taux directeur à 9,00 % (Banque centrale)
Zambie : croissance décevante pour 2014 à 6,0 %, le rythme le plus faible depuis 2002 (Autorités)

Afrique du Sud :

1ères conclusions de la commission sur la fiscalité (Davis Tax Committee)

Le rapport intermédiaire de la commission sur la fiscalité (Davis Tax Committee), rendu public cette semaine, reprend en large partie les recommandations du plan d’action de l’OCDE en 2013 pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et limiter les transferts de bénéfices. Le rapport de la Commission, qui vise à accroître les recettes de l’Etat de 15 Mds ZAR par an, prône une modification profonde de la législation fiscale en insistant particulièrement sur la lutte contre les transferts de bénéfices au profit de juridictions étrangères plus avantageuses. La Commission recommande à ce titre de finaliser la renégociation de la convention fiscale avec l’île Maurice, 4ème destination des IDE sud-africains, essentiellement du fait des avantages fiscaux proposés par l’île. La Commission suggère par ailleurs un renforcement du contrôle des changes pour précisément mieux réguler les transferts de bénéfices.

Stabilisation du rythme de croissance du crédit au secteur privé en novembre (Banque centrale)

En novembre, le crédit au secteur privé a crû de +9,1 % en g.a, soit le même rythme qu’en octobre, proche des attentes du consensus (+9,0 %). Si le rythme de hausse des prêts accordés aux ménages est resté stable, à +3,6 % en g.a, les crédits aux entreprises ont, quant à eux, légèrement décéléré, passant de +15,3 % en g.a à +15,2 %. Les perspectives de crédit restent contraintes par la faiblesse de l’activité, alors que la fragilité du Rand pourrait inciter la Banque centrale à accélérer le mouvement de resserrement graduel de la politique monétaire, au risque de fragiliser davantage les ménages déjà lourdement endettés (plus de 78 % du revenu disponible).

Importance des levées de fonds pour les entreprises cotées sur le Johannesburg Stock Exchange

Les levées de capitaux sur le Johannesburg Stock Exchange (JSE) ont atteint 147 Mds ZAR (13 Mds USD) en 2014, en hausse de +58 % sur un an, correspondant à leur plus haut niveau depuis 2005. Plusieurs groupes sud-africains, comme Steinhoff International ou Woolworths, ont ainsi pu financer d’importantes acquisitions d’entreprises implantées à l’étranger, leur permettant ainsi de limiter l’impact négatif de la faiblesse de la consommation intérieure en Afrique du Sud.

Allan Gray, premier fonds d’investissement privé du pays en termes d’actifs (ASISA)

Selon les statistiques de l’association professionnelle pour l’épargne et l’investissement en Afrique du Sud (ASISA), le premier fonds de placement privé d’Afrique du Sud, Allan Gray, détient 15,4 Mds USD d’actifs sous gestion. La deuxième société d’investissement en termes d’actifs est Coronation Fund, avec 9 Mds USD d’actifs sous gestion, suivie par Absa Money Market Fund (3,7 Mds USD), fragilisé par les conséquences de la quasi-faillite d’African Bank Investment Ltd (ABIL) en août dernier. Les 10 premiers fonds d’investissement en Afrique du Sud (sur 1 120 fonds) concentrent 28,5 % des actifs gérés dans le pays.

publie le 20/02/2015

haut de la page