Extrait des brèves du 13.03.2015

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 13.03.2015

Faits saillants :

Afrique du Sud : le Rand au plus bas depuis 13 ans / contraction de la production manufacturière
Angola : maintien de la notation par Moody’s, mais dégradation de la perspective associée
Zimbabwe : confirmation de la dégradation des perspectives économiques et financières

Afrique du Sud :

Forte contraction de la production manufacturière en janvier (Autorités)

En janvier, la production manufacturière s’est contractée de -2,3 % en g.a, après avoir modestement progressé de +0,9 % en décembre (chiffre légèrement revu à la baisse à partir de +1,1 %), alors que le consensus des économistes s’attendait à une croissance +0,7 % en g.a. Si cette baisse est avant tout due au net repli de la production des équipements de communication (-27,9 %), la contraction est générale affectant l’ensemble des sous-secteurs industriels (dont l’agro-alimentaire, en recul de -1,8 %, ce segment comptant pour 24 % de la production totale). Les difficultés d’approvisionnement en électricité et l’atonie de la demande devraient continuer de peser sur la performance du secteur manufacturier à moyen terme. A noter que la production minière s’est aussi repliée, pour le 4ème mois consécutif, de -4,7 % en g.a, après -3 % en décembre, du fait essentiellement de la forte contraction des productions d’or (-27,5 %, après +2,4 %) et du groupe des platines (-14,1 %, après -14,9 %).

Vers un probable maintien de sa notation par Standard & Poor’s : BBB-, perspective stable (S&P)

Dans ses perspectives macroéconomiques pour l’Afrique publiées cette semaine, l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) a laissé entendre qu’elle pourrait maintenir la notation souveraine sud-africaine à BBB- (perspective stable), à l’issue de la prochaine échéance prévue pour juin. L’agence a toutefois rappelé les contraintes pesant sur la croissance, qui ne devrait que très modestement accélérer cette année, à +2 % (en ligne avec la prévision du National Treasury) et s’est inquiétée des risques pour les finances publiques d’une possible revalorisation salariale dans la fonction publique qui dépasserait la progression de +6,6 % budgétée par les autorités. Pour rappel, la notation souveraine de l’Afrique du Sud par S&P se situe à un cran seulement de la catégorie spéculative, contre deux crans pour Moody’s et Fitch. Cette dernière, qui assortit sa notation d’une perspective négative, s’est récemment montrée particulièrement critique à l’égard du Budget 2015/16, s’inquiétant d’une progression des dépenses publiques (hors charge de la dette) plus forte qu’initialement attendue (+2,1 % en termes réel au cours des 3 prochaines années contre +1,8 % prévu dans la revue de mi-parcours d’octobre dernier).

publie le 13/03/2015

haut de la page