Extrait des brèves du 13.06.2014

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 13.06.14

Faits saillants :

Afrique australe : nette révision à la baisse des prévisions de croissance 2014 - 2 % pour l’Afrique du Sud (Banque mondiale)
Afrique du Sud : Fitch révise la perspective associée à sa notation souveraine de stable à négative
Afrique du Sud : vers une reprise du travail dans l’industrie du platine (association des producteurs)
Namibie : net ralentissement de la croissance au T1 (autorités)

Afrique du Sud

Vers la reprise du travail dans l’industrie du platine (association des producteurs de platine)

Les principaux producteurs de platine (AngloAmerican Platinum, Implats, Lonmin) et le syndicat AMCU sont parvenus à un accord de principe, ouvrant la voie à une reprise graduelle de l’activité. En cas de confirmation -plusieurs points restant en suspens (dont la réintégration des mineurs licenciés pendant la grève)- cela mettrait un terme à la grève la plus longue (20 semaines) et la plus coûteuse (22 Mds ZAR soit 0,6 % de PIB d’après la Chambre des Mines) de l’histoire du pays. Selon l’accord, le salaire mensuel de base serait revalorisé de 1000 ZAR et les travailleurs les plus qualifiés bénéficieraient d’une hausse de 8 % par an pendant 2 ans et de 7,5 % la 3ème année. La remise en service des installations nécessiterait cependant plusieurs semaines avant de renouer avec une production normale. Le 2ème trimestre devrait ainsi se traduire par un nouveau repli de la production minière, après s’être contractée de -1,1 % sur le 1er quadrimestre (-22,5 % pour les métaux du groupe platine).

Fitch révise la perspective associée à la notation souveraine de stable à négative

Comme attendu, Fitch a maintenu la notation de la dette souveraine de long terme libellée en devises à BBB (grade d’investissement) et celle de la dette libellée en monnaie locale à BBB+, l’assortissant cependant d’une perspective désormais négative. Fitch a justifié sa décision par la détérioration rapide des perspectives économiques (l’agence projetant une croissance d’à peine +1,7 % cette année) et des risques de dérapage budgétaire (prévision d’un déficit de -4,2 % sur l’année fiscale contre -4,0 % selon l’hypothèse budgétaire) et de montée rapide de l’endettement (50 % du PIB en 2016 selon l’agence), y compris extérieur du fait d’un déficit courant toujours élevé. Fitch appelle à cet égard les autorités à rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires pour réduire le taux de chômage et améliorer le climat social. Les marchés restent par ailleurs dans l’attente de la décision de Standard and Poor’s, prévue dans la soirée, qui pourrait dégrader la notation souveraine du pays, au risque de classer la dette souveraine sud-africaine à un cran seulement de la catégorie spéculative.

Recul de la production manufacturière en avril (autorités)

En avril, la production manufacturière s’est repliée de -1,5 % en g.a, après une hausse de +1,0 % en mars, en raison essentiellement du recul de la production des industries automobile (-13,2 % en g.a), pétrochimique (-5,3 %) et textile (-2,1 %). Sur le 1er quadrimestre, la production manufacturière n’a progressé que de +0,9 %. La faiblesse de la consommation intérieure, couplée à une demande extérieure toujours erratique, compte tenu du faible dynamisme de l’Europe et de la modération de la croissance dans les grands émergents, pèse ainsi sur la confiance des milieux d’affaires dans le secteur manufacturier, qui se situe à son plus bas niveau depuis 2009.

Signature d’un accord d’échange d’informations fiscales avec les Etats-Unis (autorités)

Le Ministre des Finances a signé cette semaine un accord de coopération bilatérale avec les Etats-Unis en matière d’échange d’informations fiscales destiné à faciliter la mise en œuvre de la législation américaine (US Foreign Account Tax Compliance Act) en vigueur depuis 2010. Le South African Revenue Service (SARS) devrait ainsi fournir des informations fiscales à la demande de l’US Internal Revenue Service (IRS) s’agissant des ressortissants américains titulaires de comptes bancaires en Afrique du Sud. Cet accord réciproque, qui vise à lutter contre l’évasion fiscale, contraindrait également les autorités américaines à fournir des informations à leurs homologues sud-africains, dont la législation est jugée conforme par l’OCDE aux engagements pris dans le cadre du forum global en matière d’échanges automatiques d’informations fiscales.

publie le 21/07/2014

haut de la page