Extrait des brèves du 19.09.2014

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 19.09.14

Faits saillants :

Afrique du Sud : baisse de la prévision de croissance à 1,5 % / large succès de l’émission d’un 1er Sukuk de 500 M USD (National Treasury)
Swaziland : forte baisse des réserves de change (Banque centrale)
Zambie : révision à la hausse de la cible d’inflation de fin d’année (Banque centrale)

Afrique du Sud

Baisse de la prévision de croissance 2014 (à 1,5 %) et maintien du taux directeur à 5,75 % (SARB)

La Banque centrale a maintenu inchangé son taux directeur, à 5,75 %, de manière à ne pas peser davantage sur l’activité domestique, lourdement pénalisée par la défiance persistante des agents. Tenant compte également de l’atonie de la demande externe, la Banque centrale a révisé à la baisse sa prévision de croissance pour 2014, à 1,5 % contre 1,7 % précédemment projeté. Pour 2015, le taux de croissance a aussi été revu à la baisse, à 2,8 % contre 2,9 % précédemment. Cette décision a été prise en dépit de la persistance du taux d’inflation au-delà de sa cible de moyen terme (3 à 6 %). En août, le taux d’inflation s’est élevé à +6,4 % en g.a, après +6,3 % en juillet, au-delà des attentes du consensus (+6,2 %) du fait de l’accroissement des prix des produits alimentaires (en particulier de la viande et des produits laitiers) et du logement. Sur l’année, le taux d’inflation s’établirait à +6,2 % selon la SARB (légèrement revue à la baisse de -0,1 point), après +5,7 % en 2013. Le niveau toujours élevé du déficit courant (6,2 % du PIB au T2) et la problématique de son financement (sur les deux derniers mois, 29,3 Mds ZAR d’obligations ont été vendues par les non-résidents) pourraient inciter la Banque centrale à relever de façon plus marquée le taux directeur d’ici à la fin de l’année.

Large succès pour l’émission du 1er Sukuk de 500 M USD (National Treasury)

Les autorités sud-africaines ont émis cette semaine avec succès leur 1er sukuk -équivalent d’une émission obligataire pour la finance islamique- pour un montant de 500 M USD (taille benchmark) avec une maturité de 5,75 ans (l’opération étant menée par BNP Paribas, Standard Bank et KFH Investment -filiale de Kuwait Finance House). Reflet de l’intérêt des investisseurs, l’émission a été sursouscrite plus de quatre fois au taux de 3,9 %, un seuil historiquement bas comparativement aux 14 emprunts internationaux effectués en Dollar américain depuis 1994. Selon le Trésor, 59 % des investisseurs sont originaires du Moyen-Orient et d’Asie contre 25 % issus d’Europe et 8 % des Etats-Unis (les 8 % restants correspondant au reste du monde). Ce large succès devrait encourager les autorités -et les entreprises publiques sud-africaines (Eskom et Transnet ayant déjà manifesté leur intérêt)- à se tourner davantage vers les Sukuks, facilitant la diversification des sources de financement et assurant une meilleure répartition des risques en matière d’émission de dette. Pour rappel, ce Sukuk, pour la 1ère fois émis par un pays émergent non musulman, s’inscrit dans le programme d’émission d’obligations d’un montant total de 4,5 Mds USD sur trois ans annoncé lors de la présentation du Budget 2014. Pour cette année, le montant d’émissions atteint d’ores et déjà 2 Mds USD.

Rebond des ventes de détail en juillet (Autorités)

En juillet, les ventes de détail ont progressé de 2,4 % en g.a, au-delà des attentes du consensus (+0,8 %), faisant suite à une contraction de -0,9 % (révisé) en juin dernier. Le rebond des ventes a été essentiellement porté par la bonne orientation des ventes de l’industrie textile et de la grande distribution. En dépit de ce résultat meilleur qu’attendu, reflet aussi du changement annuel de composition des biens retenus pour le suivi statistique, les ventes sur les trois derniers mois n’ont progressé que de +0,6 % en moyenne -corrigée des variations saisonnières (cvs)- confirmant ainsi les difficultés persistantes des ménages, confrontés à un niveau toujours très élevé d’endettement (73,5 % du revenu disponible), dans un contexte de resserrement graduel de la politique monétaire.

publie le 27/10/2014

haut de la page