Extrait des brèves du 22.08.2014

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 22.08.14

Faits saillants :

Afrique du Sud : dégradation des notes des quatre principales banques (Moody’s)
Namibie : nouvelle hausse du taux directeur de +25 pdb à 6,00 % (Banque centrale)
Zimbabwe : très légère reprise de l’inflation en juillet après 5 mois de déflation (autorités)

Afrique du Sud

Moody’s dégrade les notes des quatre principales banques sud-africaines

Dans la lignée de la quasi faillite début août d’African Bank Investment Ltd, spécialisée dans l’octroi de prêts non garantis, l’agence de notation Moody’s a dégradé cette semaine d’un cran les notes des quatre principales banques sud-africaines (Standard Bank SA, Absa Bank Ltd, FirstRand Bank Ltd et Nedbank Ltd), quatre jours après avoir baissé la note de l’établissement Capitec Bank. Dans son communiqué, l’agence s’inquiète de la capacité jugée trop faible de la Banque centrale à assurer une protection suffisante des créanciers par rapport au risque de crédit, allusion aux 10 % de pertes imposées aux investisseurs dans le cadre du sauvetage d’African Bank Investment Ltd. Cette décision intervient après la détérioration des notes des mêmes établissements par Standard and Poor’s il y a deux mois et la mise en perspective négative du secteur par Fitch du fait de l’exposition croissante des bilans des banques à l’égard de la situation financière dégradée des ménages. Si le secteur bancaire reste sain et bien capitalisé, la dégradation de la note des principales banques locales représente un nouvel avertissement pour les autorités par rapport à l’état actuel de l’économie.

Ralentissement de l’inflation en juillet, mais à un seuil toujours supérieur à la cible de la SARB

En juillet, le taux d’inflation s’est élevé à +6,3 % en g.a, en repli par rapport à juin (+6,6 %) et à un seuil inférieur aux attentes du consensus (+6,4 %). Sur les sept premiers mois de l’année, l’inflation moyenne s’établit à +6,2 %. Le ralentissement des prix -une 1ère depuis le début de l’année- traduit surtout la réduction des pressions inflationnistes des prix agricoles (en particulier du maïs) et alimentaires (+9 % après +9,2 % en juin). De son côté, l’inflation sous-jacente a accéléré en juillet, à +5,7 % après +5,6 % -reflétant avant tout la hausse des prix administrés (+7 %), en particulier de l’eau (+8,4 %)- confirmant la contagion inflationniste à l’ensemble des secteurs. Sur l’année, le taux d’inflation s’établirait à +6,3 % selon la SARB, au-delà de sa cible de moyen terme (3-6 %), ce qui justifierait la poursuite du mouvement de hausse graduelle des taux d’intérêt d’ici à la fin de l’année.

publie le 23/09/2014

haut de la page