Extrait des brèves du 24.10.2014

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 24.10.14

Faits saillants :

Afrique du Sud : baisse des prévisions de croissance et renforcement de la discipline budgétaire
Botswana / Mozambique / Namibie : maintien des taux directeurs
Zimbabwe : net creusement du déficit commercial au 3ème trimestre

Afrique du Sud

Baisse des prévisions de croissance et renforcement de la discipline budgétaire (National Treasury)

Dans la revue budgétaire de mi-parcours présentée cette semaine, le Ministre des Finances a révisé à la baisse les prévisions de croissance 2014 et 2015, à respectivement 1,4 % (un point bas depuis 2009) et 2,5 %, actant des difficultés de l’économie. Pour autant, le cadrage budgétaire de moyen terme s’accompagne d’une volonté de renforcement de la consolidation budgétaire, l’objectif étant de convaincre les marchés de la soutenabilité des finances publiques et éviter tout risque de nouvelle dégradation de la notation souveraine. L’engagement de ramener le déficit budgétaire sous les 3 % à l’horizon 2016/17 (contre 4,1 % cette année), après deux exercices consécutifs de report d’une année à chaque fois, a ainsi été confirmé. Pour ce faire, et bien que la trajectoire de dette publique nette reste orientée à la hausse (45,4 % en 2016/17 contre 42,8 % en 2014/2015), un paquet budgétaire a été présenté comprenant notamment une baisse de 25 Mds ZAR de dépenses en 2 ans et une hausse de la fiscalité. Dans la foulée de ces annonces, le Rand s’est apprécié de +0,25 % par rapport à l’USD, mais les rendements ont augmenté d’1,5 pdb à 7,93 % s’agissant des obligations à échéance 2026, reflet de la vigilance des marchés en matière de mise en œuvre effective des mesures.

Légère hausse de l’indice composite de la Banque centrale en août (SARB)

En août, l’indice composite de la Banque centrale (« leading indicator ») a légèrement progressé, de +0,1 % en g.a, à 100,5 points (base 100 en 2010) après être resté stable en juillet à 99,7 points (+0,0 %, révisé). La hausse de l’indicateur, une première depuis 7 mois, s’explique essentiellement par la progression des commandes dans le secteur manufacturier et l’accroissement des mises en chantier dans l’immobilier. La progression de l’indice a néanmoins été atténuée par la baisse de l’indice des prix à l’exportation et, dans une moindre mesure, par la réduction du nombre d’heures travaillées dans le secteur manufacturier.

Ralentissement de l’inflation en septembre, dans la cible haute de la SARB (Autorités)

En septembre, le taux d’inflation a décéléré, s’élevant à +5,9 % en g.a contre +6,4 % en août, réintégrant, pour la 1ère fois depuis 6 mois, la cible suivie à moyen terme par la Banque Centrale (3-6 %). Sur les neuf premiers mois de l’année, le rythme de progression des prix à la consommation demeure toutefois supérieur à la cible, avec une hausse moyenne de +6,2 %. Le ralentissement des prix en septembre est surtout dû à des facteurs externes, dont la baisse du cours du baril de pétrole brut (87 USD contre 112 USD en juin dernier), se soldant par une réduction des frais de transport (+4,2 % après +6,1 % en g.a), et la baisse des prix alimentaires sur le plan international (au plus bas depuis 3 ans selon la FAO). Les signes de la présence d’une spirale prix-salaires, alimentée en partie par la faiblesse du Rand et son impact sur les prix des biens importés, se reflètent toujours à travers le niveau de l’inflation sous-jacente, en hausse de +0,4 % en rythme mensuel, à +5,6 % en g.a. Sur l’année, le taux d’inflation s’élèverait à +6,2 % selon la SARB et à 6,3 % pour le Treasury.

publie le 17/11/2014

haut de la page