Extrait des brèves du 31.10.2014

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 31.10.14

Faits saillants :

Région : climat des affaires toujours très dégradé (Rapport Doing Business 2015, Banque mondiale)
Afrique du Sud : confirmation de la solidité du secteur bancaire
Angola : hausse du taux directeur de +25 pdb à 9,00 %

Afrique du Sud

Confirmation de la solidité du secteur bancaire (Banque centrale)

En dépit de la quasi-faillite en août dernier de la banque ABIL, nécessitant un plan de sauvetage par la Banque centrale, le dernier rapport de stabilité financière confirme la solidité du secteur bancaire sud-africain, qui affiche un ratio de capitalisation de 14,6 % à fin juin 2014, en repli par rapport à décembre 2013 (15,6 %), mais toujours au-dessus du minimum réglementaire de 9,5 %. Malgré la hausse du risque de crédit, en large partie due à la détérioration de la situation financière des ménages, le taux des prêts non-performants s’élevait en juin à 3,5 % de l’encours total des crédits contre 3,6 % fin 2013, reflétant une sélection plus stricte des dossiers. Avec des actifs liquides représentant 8,5 % du total des actifs, le risque de liquidité est contenu. Néanmoins, l’ampleur du déficit courant (5,9 % du PIB d’après elle) et l’absence d’amélioration des perspectives économiques constituent pour la Banque centrale les principaux facteurs de vulnérabilité du système financier. Le rapport rappelle cependant la mise en œuvre au 1er janvier du modèle bipolaire de régulation du secteur financier « twin peaks », dans lequel la Banque centrale assurera la supervision prudentielle des institutions financières alors que la protection des consommateurs et la bonne application de la supervision financière relèveront d’une Autorité des marchés financiers.

Nouveau repli du crédit au secteur privé en septembre (Banque centrale)

En septembre, le crédit au secteur privé s’est très légèrement réduit, passant de +8,8 % en g.a en août à +8,8 %, conséquence du ralentissement du rythme de progression des crédits aux entreprises, à +14,3 % en g.a après +14,6 % en août, ces derniers étant principalement destinés à la couverture des besoins en trésorerie des entreprises et au financement du programme d’énergies renouvelables. Pour la 1ère fois depuis 21 mois, les prêts non-garantis accordés aux ménages ont progressé, de +6,2 % en g.a après +4,5 % en août, portant l’augmentation des prêts totaux aux ménages à +3,7 % contre +3,6 % le mois précédent, loin toutefois du pic atteint au T4 2012 (+10 % sur le trimestre).

Légère baisse du taux officiel de chômage au T32014 (Institut des Statistiques)

Selon l’institut des statistiques, le taux de chômage, au sens de la définition du BIT, s’élevait à 25,4 % de la population active au 3ème trimestre 2014, soit 5,2 millions de personnes, après 25,5 % au T2. En dépit de la légère décrue du taux de chômage, reflet principalement d’une moindre hausse de la population active (+19 000 travailleurs) par rapport aux emplois créés (+22 000), le taux de chômage reste supérieur à ce qu’il était à la même période l’an dernier (24,5 %). Le nombre total d’emplois atteint 15,1 millions pour une population âgée de 15 à 64 ans de 35,5 millions. En tenant compte des travailleurs découragés, dont le nombre a crû de +95 000 au 3ème trimestre, à 2,5 millions de personnes, le taux de chômage s’élèverait à 37,8 % de la population active contre 36 % à la même période l’an dernier.

publie le 24/11/2014

haut de la page