Extraits des Brèves d’Afrique Australe du 31.10.13

Les Brèves sont préparées chaque semaine par le Service Economique Régional.

Brèves d’Afrique australe du 31.10.2013

Faits saillants :

Région : image contrastée du climat des affaires (Banque mondiale)
Afrique du Sud : mise en garde contre les conséquences d’une possible dégradation de la notation souveraine (Banque centrale)
Malawi : nette modération attendu du déficit budgétaire en 2013/14 (Gouvernement)
Zimbabwe : adoption d’un plan quinquennal destiné à accélérer la croissance (Gouvernement)

Afrique du Sud

Mise en garde contre les conséquences d’une possible dégradation de la notation souveraine (Banque centrale)

La Banque centrale a averti cette semaine des conséquences d’une éventuelle dégradation souveraine sur l’appétence des investisseurs étrangers à l’égard des actifs sud-africains. Dans un contexte de ralentissement de la croissance et de tensions sociales persistantes, une nouvelle dégradation par Standard & Poor’s (BBB) placerait la notation souveraine à un cran seulement -et respectivement deux crans pour Moody’s (Baa1)- du seuil (BBB- / Baa3) qui impliquerait de facto l’exclusion de l’Afrique du Sud du World Government Bond Index (WGBI) de Citigroup, dont profite grandement le pays depuis un an. L’afflux de capitaux étrangers depuis l’introduction de l’Afrique du Sud dans le WGBI en octobre 2012 s’élèverait en effet à environ 60 Mds ZAR (4,4 Mds EUR). Face à l’ampleur des déficits courant (6,5 % du PIB) et budgétaire (4,2 % du PIB), le pays demeure durablement exposé à un retrait massif des investisseurs étrangers qui détiennent, pour rappel, près de 37 % de la dette souveraine.

Léger ralentissement du crédit au secteur privé en septembre

Le crédit au secteur privé a progressé de +7,6 % en g.a en septembre, en deçà des attentes (+7,7 %), après +8,1 % en août. La modération du crédit au secteur privé a résulté du ralentissement des crédits aux entreprises (+9,2 % en g.a en septembre après +10,1 % en août) et aux ménages (+7,8 % après +8,2 %), en baisse pour le 10ème mois consécutif. Les « autres prêts », incluant notamment les crédits non garantis, ont également ralenti, à +14,1 % en g.a en septembre, après +16,4 % en août. La croissance des crédits a néanmoins été soutenue par la progression des prêts hypothécaires (environ 44 % du total de l’encours), en hausse de +2,4 % en g.a en septembre, après +2,0 % en août.

publie le 23/09/2014

haut de la page