Fouille du site de Bushman Rock Shelter [en]

Bushman Rock Shelter (BRS) est un large abri situé sur la frange septentrionale de la chaine du Drakensberg, dans la province du Limpopo (Afrique du Sud). Fouillé dans les années 1970 sous la direction du professeur Hannes Eloff de l’Université de Pretoria, ce site a livré des dépôts archéologiques du milieu et de la fin de l’âge de pierre. Les vestiges de ces occupations humaines, parfaitement préservés sur plus de 7 mètres de profondeur, permettent de suivre l’évolution des populations de chasseur-cueilleurs sur les 200 derniers millénaires. C’est précisément au cours de cet intervalle chronologique que sont apparus puis se sont transformé, sur le continent africain, les premières sociétés d’hommes anatomiquement modernes.

Dans le cadre d’un programme de recherche visant à restituer les scénarios et mécanismes de ce changement culturel, le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et l’Institut Français d’Afrique du Sud (IFAS) ont décidé d’engager de nouvelles fouilles à l’abri Bushman. L’objectif est de réviser les successions techniques et d’en préciser les chronologies et environnements. Ce projet est financé par le Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI) et bénéficie du soutien de l’université de Witwatersrand et du South African Heritage Resources Agency (SAHRA).

La première fouille s’est déroulée au cours du mois d’avril 2015 pour une durée de 4 semaines. Elle a vu la participation de plus d’une trentaine de spécialistes et étudiants, de toutes nationalités et disciplines. Cette première campagne a servi de base à la mise en place d’un premier chantier école auquel ont participé plus d’une dizaine d’étudiants de l’Université de Witwatersrand, dont une majorité dans le cadre de leur module « honors » piloté par les professeurs Christine Sievers et Dominic Stratford.

Le projet scientifique est dirigé par Guillaume Porraz (CNRS et IFAS Recherche), en collaboration étroite avec Dr. Aurore Val (post-doctorante à l’Evolutionary Studies Institute), et s’inscrit dans une perspective à long terme de recherche collaborative et de publications conjointes. La découverte de nouvelles perles de parures, actuellement en cours d’étude par Dr. Laure Dayet (post-doctorante IFAS), marquera la première publication phare du projet de recherche franco-sud-africain au Bushman Rock Shelter.

JPEG


La coopération franco-sud-africaine en matière d’archéologie

La recherche archéologique et paléontologique en Afrique du Sud est d’importance majeure, et s’appuie sur l’excellence scientifique des équipes sud-africaines et la richesse des sites archéologiques. La contribution française dans le domaine est extrêmement riche, en témoigne l’activité de la commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger (ou « Commission des fouilles »), qui finance des recherches sur des sites archéologiques sud-africains depuis 1998 (projet Diepkloof), ainsi que le dynamisme des projets de coopération en cours :

- L’unité de recherche franco-sud-africaine HRU (HOPE Research Unit) est née d’un partenariat de long-terme entre le laboratoire « Dynamique de l’Evolution Humaine » du CNRS et le Ditsong National Museum of Natural History de Pretoria. L’équipe scientifique, menée par le paléoanthropologue Dominique Gommery, travaille sur les sites de Bolt’s Farm situés dans la zone archéologique du « Cradle of Humankind », dont plusieurs sites sont classés au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Avec le soutien de l’Ambassade de France en Afrique du Sud, le plus grand laboratoire de préparation chimique des brèches fossilifères à l’acide pour l’Afrique sub-saharienne (Ditsong Preparation Laboratory).

- La Mission Archéologique Française à Kromdraai(grotte renfermant des brèches fossilifères localisée à environ 2 km à l’est du site de Sterkfontein) est financée par le Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International (MAEDI) depuis 2002. Dirigée par José Braga, Professeur de l’Université Toulouse 3, l’équipe Kromdraai est pionnière pour l’utilisation de drones, de lasers surfaciques ou de technologies d’imagerie innovantes. Depuis début 2014, le partenariat Erasmus Mundus de grande ampleur AESOP, porté par José Braga, contribue à renforcer la formation de jeunes archéologues au niveau master et doctoral dans le domaine de l’utilisation de nouvelles technologies pour la fouille archéologique.

- Le projet Bushman Rock Shelter (cf article ci-dessus).

Les nombreux évènements sur le thème de l’archéologie sont également représentatifs de la forte coopération franco-sud-africaine dans le domaine : exposition « Afrique du Sud, l’autre pays de la préhistoire », présentée au Museum d’Histoire Naturelle de Toulouse en octobre 2013 ; 14ème Congrès de l’Association Archéologique Panafricaine organisé à Johannesburg en juillet 2014 ; colloque « L’Afrique du Sud : Berceau de l’Humanité » au Palais du Luxembourg à Paris le 7 février 2015. En 2015, à l’occasion des 20 ans de la signature du Protocole de coopération franco-sud-africain en paléontologie, une série d’évènements (tables rondes, scolaires, expositions) sera organisée à Johannesburg (les dates et le programme seront prochainement disponibles).

publie le 17/06/2015

haut de la page