L’Ambassade de France en Afrique du Sud a co-organisé un séminaire sur le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert. [en]

En vue du prochain sommet mondial du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (PGO), qui se tiendra à Paris du 7 au 9 décembre 2016, l’Ambassade de France en Afrique du Sud a co-organisé, le 24 novembre 2016, avec le Southern African Liaison Office (SALO) et le Ministère sud-africain du Service Public et de l’Administration (DPSA), un séminaire d’une demi-journée sur la participation citoyenne et le processus de co-création de l’action publique en matière de droits de l’homme. Ce séminaire s’est tenu à l’Alliance Française de Pretoria.

Le 20 septembre 2016 l’Afrique du Sud a passé la main à la France pour la Présidence du Partenariat pour un Gouvernement Ouvert.

Inauguré en septembre 2011 par huit pays fondateurs (Brésil, Indonésie, Mexique, Norvège, Philippines, Afrique du Sud, Royaume-Uni et États-Unis), le Partenariat pour un Gouvernement Ouvert (Open Govenment Partnership) est une initiative multilatérale qui compte aujourd’hui 70 pays membres, ainsi que des ONG et représentants de la société civile.

Le Partenariat s’attache, au niveau international, à promouvoir la transparence de l’action publique et la gouvernance ouverte, à renforcer l’intégrité publique et combattre la corruption, et à exploiter les nouvelles technologies et le numérique pour renforcer la gouvernance publique, promouvoir l’innovation et stimuler le progrès.

Mr Alexandre Olmedo, Conseiller Politique à l’Ambassade de France en Afrique du Sud, a a rappelé, lors de sa présentation, que : “le prochain sommet de Paris du réunira environ 3000 représentants de 70 pays. » Mr Olmedo a également évoqué les trois priorités de la présidence française que sont le changement climatique et le développement durable, la transparence et la lutte contre la corruption ainsi que l’agora numérique.

Le DPSA, représenté par son directeur général en charge de la participation publique et des prestations de service, Mr Thokozani Thusi, a présenté les huit engagements du troisième plan d’action national sud-africain pour la période 2016-2018 et insisté sur quelques initiatives développées en matière d’ouverture des données publiques et de lutte contre la corruption. Plusieurs organisions de la société civile, telles que l’Open Democracy Advice Centre ou encore l’organisation Access Chapter 2 ont partagé par la suite leurs expériences, bonnes pratiques et leur vision quant au fonctionnement général de l’organisation.

publie le 29/11/2016

haut de la page