Le 13eme congrès mondial des professeurs de français - visite de Mme Yamina Benguigui

Le 13eme congrès mondial des professeurs de français s’est tenu du 22 au 25 juillet à Durban en Afrique du Sud. Rassemblant plus de 700 enseignants venus de 130 pays, il s’est tenu pour la première fois sur le continent africain. La Ministre déléguée chargée de la Francophonie a tenu à saluer ce choix particulièrement symbolique puisque l’Afrique comptera 700 millions de locuteurs francophone dans une quarantaine d’année.

Présente tout au long des ateliers, Yamina Benguigui a délivré un message d’espoir et de confiance à l’égard des 900 000 professeurs de français qui assurent dans le monde entier l’apprentissage de notre langue.

Dans un gouvernement qui a fait de la jeunesse et de l’éducation une priorité, Yamina Benguigui s’appuiera sur le réseau constitué de 490 écoles et lycées français du réseau de l’AEFE ainsi que sur les 500 instituts et alliances françaises, pour agir dans les domaines éducatifs et culturels.

A l’occasion de ces nombreux échanges, la Ministre a pu élaborer trois grands axes : consolider d’abord la famille francophone, en agissant dans la trentaine d’Etats où le français est soit une langue officielle et d’enseignement, soit une langue seconde indispensable à la vie économique et sociale. Deux régions feront l’objet d’une attention privilégiée, l’Afrique subsaharienne où l’enjeu est de réussir la scolarisation pour tous, et le monde arabe où la francophonie doit permettre de renforcer nos liens avec la société civile et la jeunesse, qui sont le moteur du changement.

Avec 116 millions d’apprenants, le français est la deuxième langue la plus apprise, après l’anglais. Il s’agira de permettre aux élèves qui le désirent d’apprendre le français dans les pays non francophones. Rien ne sera possible sans les professeurs représentés au congrès de Durban, qui auront donc vocation à collaborer de manière pleine et entière avec le ministère pour mettre en place un réseau FrancEducation d’établissements bilingues francophones.

Enfin, la troisième priorité sera de promouvoir le français dans la vie internationale, dans la diplomatie, les grandes organisations multilatérales ou pour les échanges économiques transnationaux. Les médias à l’audience planétaire, les réseaux sociaux et internet sont les embryons d’une société civile mondiale au sein de laquelle le français doit rester une langue internationale. Yamina Benguigui a fait une série de propositions pour que les grands groupes français se dotent, par exemple, de « protocoles linguistiques » par lesquels ils s’engagent à former au français leurs employés et à utiliser notre langue dans leurs activités.

publie le 30/06/2014

haut de la page