Relations économiques et aide au développement [en]

Présentation générale de la situation économique du Lesotho :
"Le Lesotho est une petite économie ouverte à bas revenu (836 USD par habitant en 2010), enclavée en Afrique du Sud avec laquelle elle est commercialement et monétairement étroitement liée au sein de la SACU et de la zone monétaire commune. Le Lesotho reste dans la catégorie des pays les moins avancés, la pauvreté et les problèmes sociaux (VIH/SIDA notamment) demeurant le problème majeur du pays.

Le pays et son agriculture sont très exposés aux aléas climatiques et à la sécheresse. Près de 75 % de la population vit en milieu rural et dépend directement de l’agriculture et de l’élevage pour survivre. Toutefois, près de la moitié des revenus des ménages provient des transferts de migrants qui sont employés en Afrique du Sud, notamment dans le secteur minier. Le secteur textile, en difficulté, joue un rôle majeur pour l’emploi et les exportations.

L’eau est aujourd’hui la principale ressource naturelle du pays. Le Lesotho Highlands Water Project (LHWP), le projet le plus important de l’histoire du pays, a rendu le pays autonome en matière électrique et lui a apporté une nouvelle source de revenus, grâce à la vente de ses ressources hydrauliques à son voisin sud-africain."

(source : fiche de présentation du Lesotho de la Direction Générale du Trésor)


L’aide indirecte au développement apportée par la France au Lesotho mérite d’être soulignée. En effet, la part de la contribution française au Fonds Mondial ainsi qu’à l’aide apportée par l’Union Européenne joue un rôle non négligeable dans la mise en place de projets dans les domaines de la santé, de la protection de l’enfance, de la gestion des ressources en eau, etc.

Lesotho Highlands Water Project

Composé de quatre phases, le Lesotho Highlands Water est un projet de distribution d’eau et de génération d’électricité, lancé en 1986 en partenariat entre les gouvernements du Lesotho et d’Afrique du Sud. Le projet est géré par deux organismes publics : la Lesotho Highlands Development Authority (LHDA), au Lesotho, et la Trans-Caledon Tunnel Authority (TCTA), en Afrique du Sud. Il comprend un système de plusieurs barrages et tunnels ainsi qu’un complexe hydroélectrique. Le but du projet est, d’une part, de fournir les installations nécessaires à la distribution d’eau au Lesotho et de générer de l’énergie hydroélectrique. D’autre part, il a pour but de procurer au pays des revenus en échange de la fourniture d’eau à la province du Gauteng, qui concentre la majorité de l’activité industrielle et minière d’Afrique du Sud. La première phase du projet Lesotho Highlands Water, qui s’est achevée en 2003, a permis de produire l’équivalent de 72 MW d’électricité. A terme, on estime que le Lesotho Highlands Water devrait contribuer à 4% du PIB et 10% des recettes publiques du pays. Plusieurs entreprises françaises suivent avec intérêt les développements de cet important projet.
(source : Service Economique Régional de Pretoria)

- visitez le site internet (en anglais).

Dans la continuité de la participation de la France à la phase I du Lesotho Highlands Water Project, l’AFD et plusieurs entreprises françaises ont fait part de leur intérêt pour participer à la phase II du projet.

Coopération entre l’Union Européenne et le Lesotho

Par ailleurs, l’Union Européenne apporte également son soutien au Plan de Développement National du Lesotho, dans le but de réduire l’incidence de la pauvreté et de promouvoir une croissance durable du pays. Pour la période 2008-2013, la coopération de l’UE avec le Lesotho a bénéficié d’un budget de 139 millions d’euros, auquel la France a participé à hauteur de près de 20%.
- Pour en savoir plus, visiter le site de l’UE (page en anglais)

Soutien apporté dans le domaine de la santé

Au 31 décembre 2013, les contributions multilatérales dans le domaine de la santé étaient les suivantes :
• Fonds mondial depuis 2002 : 123 millions USD, dont 16,6 millions d’origine française ;
• UNITAID depuis 2006 : 8 millions USD, dont 4,9 millions d’origine française ;
• GAVI (= alliance pour la vaccination) depuis 2000 : 2,6 millions USD, dont 164 000 d’origine française.

publie le 04/02/2014

haut de la page