Remise des enregistrements du procès de Rivonia au gouvernement français [en]

Le 10 octobre 2014, le ministère sud-africain des Arts et de la Culture, en la personne du Directeur Général par intérim M. Vuyo Jack, a remis à Madame Elisabeth Barbier les enregistrements du procès de Rivonia, qui seront envoyés en France pour être numérisés et restaurés.

JPEG

A l’occasion de la Saison de la France en Afrique du Sud en 2012, l’Institut National de l’Audiovisuel français (INA) avait organisé un séminaire sur les archives audio-visuelles du Cap. L’organisation du film national et des Archives audio-visuelles d’Afrique du Sud (NFVSA),
une sous-direction du Service national des Archives et Records d’Afrique du Sud (NARSSA), avait alors fait une présentation sur l’accès aux collections soulignant l’importance de l’accès à l’information.

 - JPEG

A la suite de ce premier contact, des discussions ont conduit à la possibilité d’un partenariat entre la France et l’Afrique du Sud pour restaurer et numériser les enregistrements du procès de Rivonia, afin de rendre ces pièces du patrimoine mondial plus accessibles au grand public. Il s’agit également de préserver cette part de la mémoire collective sud-africaine, en mauvais état de conservation.

JPEG
Acting Director General of Arts and Culture Mr Vuyo Jack - JPEG

A l’époque, le son avait été enregistré mécaniquement par un procédé de gravure et rejoué avec un stylet semblable à celui d’un lecteur de disque microsillon. Au fil des années, la technologie est devenue obsolète et les enregistreurs de Dictabelt sont tombés en désuétude dans les années 1970.

One of the dictabelts to be sent to France. - JPEG

Début 2013, les enregistrements du procès de Rivonia ont été identifiés comme prioritaires pour bénéficier d’une numérisation en raison de l’importance de ce procès dans l’histoire de l’Afrique du Sud.
Le 20 Décembre 2013, le ministère des Arts et de la Culture et du Service des Archives et des Records Nationaux d’Afrique du Sud (NARSSA) a signé un protocole d’accord avec l’Institut National de l’Audiovisuel français
(INA) pour mettre en œuvre le projet. La France dispose de l’équipement et des compétences disponibles pour mener ce projet à terme.

From left : Frank Marchetti, Frédéric Chambon and Madame Elisabeth Barbier. - JPEG

Pour aider au financement, l’organisation du Film National, des Archives audio-visuelles d’Afrique du Sud (sous NARSSA) a obtenu une aide de 28000 euros dans le cadre du programme "Sauvegardez vos archives" de la Fédération internationale des archives de télévision. De son côté, l’INA a accepté de contribuer à hauteur de 220 000 euros. Ainsi, ce sont 500 enregistrements qui seront numérisés.

JPEG

Le 12 octobre 2014, deux représentants des Archives nationales d’Afrique du Sud se sont rendus en France pour remettre le premier lot de 200 enregistrements. Une remise officielle a été organisée le 15 octobre par Agnès Saal, chef de la direction et présidente de l’INA.

Les enregistrements numérisés seront de retour en Afrique du Sud en 2016, permettant un accès à l’information à tous les Sud-Africains pour la première fois en 50 ans.

JPEG

Le président François Hollande a salué le projet comme « un moyen pour la France de garder la mémoire vivante de la lutte contre l’apartheid ».

Lire l’allocution de l’Ambassadrice :

PDF - 24.7 ko
Download the Ambassador’s speech.

(en anglais)

publie le 28/10/2014

haut de la page