"Télédétection et malaria" à l’Université de Pretoria [en]

En préparation de la COP21, l’Ambassade de France à Pretoria, l’IRD et le CNES ont organisé conjointement avec l’université de Pretoria un atelier de travail scientifique sur l’utilisation de techniques d’observation de la terre par satellite pour le suivi et la prévention de la malaria.

Organisé les 29 et 30 juin à l’Université de Pretoria, cet évènement a réuni des représentants d’organismes français (CNES, IRD, UMR Espace-Dév, Université Paul Sabatier de Toulouse), sud-africains (UP Centre for Sustainable Malaria Control, SANSA, Department of Science and Technology, National Research Foundation, Medical Research Council, Limpopo Province Malaria Control Programme, National Department of Health), des scientifiques de la région Afrique Australe et Océan Indien (Institut Pasteur de Madagascar, Université du Zimbabwe, National Institute of Health du Ministère de la Santé mozambicain) ainsi qu’un spécialiste des relations climat/santé de l’Université de Columbia et une experte de l’Initiative « Clinton Health Access ».

L’objectif de l’atelier de travail était d’explorer le potentiel d’un programme intitulé ‘Remote sensing for malaria control in Africa’, ou ReSMaCA, initié entre les laboratoires français et le centre de recherche sur la malaria de UP.

Le workshop a été labellisé « side-event » de la COP21, ainsi que de la conférence « Our common future under climate change » organisée à Paris en juillet. M. Jean-Marc Châtaigner, Directeur Général Délégué de l’IRD, a été invité à donner le discours principal de la session d’ouverture et a pu présenter de manière large l’enjeu climatique et le rôle de l’IRD sur ce sujet, dans les secteurs de l’environnement, de la santé et de l’agriculture notamment. Sa présence a clairement renforcé la visibilité et l’impact de l’atelier, auquel une soixantaine de scientifiques et quelques journalistes (radios RFI et 702, presse écrite City Press et News 24) ont assisté.

A la suite des conférences du lundi 29 juin, Mme l’Ambassadrice a reçu l’ensemble des participants à la résidence pour un cocktail durant lequel Prof Anton Ströh, Vice-Principal de l’Université de Pretoria, a salué la coopération scientifique franco-sud-africaine.

La vingtaine de chercheurs francophones, ainsi qu’un chercheur de l’Université du Zimbabwe et un membre du National Health Institute du Ministère des Sciences mozambicains invités par l’ambassade à l’occasion du workshop, ont ensuite été réunis autour de Mme l’Ambassadrice pour un dîner d’échanges.

publie le 13/07/2015

haut de la page