Visite de l’Ambassadrice au CAPRISA [en]

Le 17 juin 2015, l’Ambassadrice de France en Afrique du Sud et au Lesotho, S.E. Elisabeth Barbier, a visité le Centre for Aids Programme of Research in South Africa (CAPRISA), centre de recherche sur le Sida de l’université du KwaZulu-Natal.

Elle a été accueillie par la Dr. Nesri Padayatchi, directrice adjointe du centre et par la Professeure Quarraisha Abdool Karim, directrice scientifique. La visite a eu lieu à la clinique de recherche d’eThekwini à Durban et dans les locaux principaux situés à l’école de Médecine Nelson R. Mandela de l’université du KwaZulu-Natal.

CAPRISA a dressé un état des lieux de ses recherches pour l’Ambassadrice : CAPRISA a entrepris des recherches sur le virus à l’échelle mondiale mais aussi des recherches spécifiquement adaptées à la situation épidémiologique de l’Afrique du Sud, permettant de mieux cerner la pathogenèse, le traitement et la prévention du VIH. Elles visent également à cerner les liens entre les soins apportés contre la tuberculose et ceux apportés contre le sida.

La Professeure Françoise Barré-Sinoussi, lauréate du Prix Nobel de médecine en poste à l’Institut Pasteur, à Paris, a rejoint le comité scientifique de CAPRISA en avril 2015.

La visite de l’Ambassadrice Elisabeth Barbier a permis d’évoquer une possible collaboration entre CAPRISA et des institutions françaises, notamment l’Institut Pasteur.

JPEG - 103.1 ko
(L-R) : Dr Carl Montague Chief Operations Officer CAPRISA, Ambassador Elisabeth Barbier, Ambassador of France to South Africa, Professor Quarraisha Abdool Karim Associate Scientific Director CAPRISA, Dr Philippe Tabard, Regional Consellor for Health Cooperation French Embassy and Dr Nesri Padayatchi Deputy Director CAPRISA. Courtesy of CAPRISA.

La France est très engagée dans la lutte contre le VIH et la tuberculose. La France est le deuxième plus grand contributeur au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme avec une participation financière de 360 millions d’euros par an. Depuis 2003, le Fonds mondial a soutenu les programmes sud-africains de contrôle du VIH et de la tuberculose à hauteur de près de 600 millions de dollars USD. Cela représente une contribution française en direction de l’Afrique du Sud d’à peu près 7,5 millions de dollars USD par an.

La France est également très engagée nationalement et internationalement contre le VIH et la tuberculose notamment grâce à l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS). L’ANRS cofinance actuellement le projet de recherche intitulé Treatment as Prevention (TasP), basé dans les zones rurales du KwaZulu-Natal.

publie le 25/06/2015

haut de la page