Visite du site du Square Kilometer Array [en]

L’Ambassadrice Barbier a visité le site du SKA le samedi 28 février 2015, pour l’inauguration de la seconde antenne du radio-télescope MeerKAT et en présence du Vice-Président Cyril Ramaphosa, de la Ministre de la Science et de la Technologie Naledi Pandor, d’élus locaux et de membres du corps diplomatique.

Organisé par le Ministère de la Science et la Technologie, l’évènement était l’occasion de présenter le MeerKAT, radiotélescope géant en cours de construction près de Carnarvon, dans la province du Northern Cape. Réseau de 64 antennes qui devraient être mises en fonction en 2016, le MeerKAT sera le télescope le plus sensible de l’hémisphère sud pour capter les ondes radioélectriques - jusqu’à l’achèvement du Square Kilometre Array (SKA) dans lequel il sera intégré.

Le SKA sera pour sa part composé de milliers d’antennes réparties sur une distance de plusieurs milliers de kilomètres. Cette distance extrême et la surface totale de réception de l’instrument (1 km2), en feront le radiotélescope le plus puissant au monde. Les deux tiers de l’instrument seront hébergés en Afrique du Sud et dans les huit pays africains partenaires. Le dernier tiers (antennes à basse fréquences) sera installé en Australie et Nouvelle Zélande.

Le projet est un enjeu stratégique pour l’Afrique du Sud depuis son entrée dans le consortium en 2008, et forme depuis lors une branche à part entière de la National Research Foundation (NRF). Le programme sud-africain a été dirigé jusqu’à présent par Bernd Fanaroff, remplacé cette année par Rob Adam. La deuxième antenne du MeerKAT a été nommée en hommage au Dr Fanaroff, félicité par le Vice-Président Ramaphosa lors de la visite du 28 février.

Du fait de sa contribution majeure au projet SKA, la France a obtenu un siège d’observateur du consortium en 2014. Les chercheurs français, notamment à l’Observatoire de Paris et à l’université Bordeaux I, travaillent sur des technologies clés de plusieurs sous-systèmes du projet (composants électroniques, système de synchronisation des antennes, logiciels, traitement des signaux, conception des antennes à basse fréquence et ingénierie système) sur des financements de leur organisme de tutelle, de l’ANR ou de l’Europe.


Informations complémentaires :

- Le SKA sera construit pour atteindre une sensibilité sans précédent et permettre d’aller plus loin dans l’étude de l’univers depuis sa naissance : apparition des premières étoiles, évolution des galaxies, expansion de l’univers et étude de l’énergie noire, détection de molécules organiques et d’une possible vie extraterrestre, etc.

- Articles sur le SKA sur le site de veille des ambassades de France :
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/77461.htm

publie le 09/03/2015

haut de la page